Les spécialités culinaires du Québec

Pas de voyage au Québec sans goûter les spécialités locales. Comme notre but est de vous faire faire ce voyage pour que vous soyez fin prêts pour la grande rencontre avec le Québec le 14 juin, voici les spécialités culinaires québécoises :

La plus que célèbre poutine. Vous êtes ben chanceux, j’ai retrouvé une photo de mes premières expériences.

Poutine

La poutine est donc composée principalement de frites, d’une sauce brune (très salée et qui rend vos frites molles) et de fromage quik quik (« quik quik » étant le bruit que le fromage fait quand il passe sous vos dents, et c’est véridique…). Après en fonction des envies du chef, vous pouvez y voir ajouter des poivrons, des oignons, des champignons, de la viande… Mais la composition de base reste la même.

L’origine de la poutine reste très controversée. Mais comme Drummondville organise un festival tous les ans pour clamer que ce sont les premiers à l’avoir inventé, rien que pour ça je leur accorde.

Les oreilles de crisse ! Vous l’aurez compris, c’est la déformation québécoise pour dire les oreilles de Christ. Ca ne vous en dit pas plus sur ce que que c’est. Tout simplement du lard salé et frit.

Le creton : ça ressemble étrangement aux rillettes mais ça n’a pas tout à fait le même goût. Wikipédia précise : la différence est que c’est fait de porc haché plutôt qu’avec des morceaux de porc effilochés à la fourchette après cuisson lente au four. Ah et on peut aussi vous le servir au petit déjeuner.

La paté chinois. Je n’ai jamais compris ce qu’il y avait de chinois dans cette recette. Ne vous laissez pas avoir le pâté chinois est tout simplement l’équivalent d’un hachi parmentier avec du maïs. Et oui c’était ça tout le secret !

Les fèves au lard : ce sont des haricots ou beans chez les Anglais, cuits traditionnellement avec du lard (mais vous retrouvez juste les haricots dans votre assiette). Le goût est un peu sucré et peut être amplifié en rajoutant un peu de sirop d’érable.

Ah le sirop d’érable, venons-en. J’ai bien sûr garder le meilleur pour la fin. Element indispensable de tout brunch qui se respecte : à mettre abondamment sur les crêpes, les pains perdus, les pancakes.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s